blog.sectionBtnLabel
Tutoriels bricolages
Réussir son installation de VMC dans sa salle de bains : les 8 étapes à suivre

Réussir son installation de VMC dans sa salle de bains : les 8 étapes à suivre

Installer une VMC dans sa salle de bains requiert une attention particulière. Ce guide vous présente les huit étapes pour réussir votre installation, accompagnées d'astuces pour une pose optimale. Retrouvez aussi des explications sur le rôle d'un professionnel dans l'installation et le coût à prévoir pour son intervention. 

Pourquoi installer une VMC dans sa salle de bain ?

L'installation d'une VMC dans la salle de bain répond à plusieurs enjeux. Tout d'abord, la régulation de l'humidité. En effet, une salle de bain est une pièce humide où la vapeur d'eau produite par les douches ou bains peut créer de la condensation sur les surfaces froides. Ce phénomène peut favoriser l'apparition de moisissures et dégrader la salubrité de la pièce.

La VMC contribue également à l'amélioration de la qualité de l'air. Elle permet d'évacuer l'air vicié et de le remplacer par de l'air frais provenant de l'extérieur. Cet échange d'air permet d'éliminer les mauvaises odeurs et d'assurer un environnement sain dans la salle de bain.

Enfin, une VMC peut être un atout pour l'optimisation énergétique de votre logement. Certains modèles de VMC, les VMC double flux, sont capables de récupérer la chaleur de l'air évacué pour préchauffer l'air entrant, permettant ainsi de réaliser des économies de chauffage.

Étape 1 : Choisir son matériel et préparer correctement son installation

Avant de commencer l'installation de la VMC, il convient de se préparer adéquatement. Les premiers pas sont le choix de l'appareil de ventilation adapté et l'évaluation des travaux nécessaires. Le choix de l'appareil dépend de plusieurs facteurs, notamment le type de VMC (simple ou double flux), la taille de la salle de bains, et le budget. Plusieurs types de VMC existent, mais les plus courants sont la VMC simple flux autoréglable et la VMC double flux. Ensuite, estimation des travaux à effectuer. Cela peut inclure le perçage des trous pour les conduits d'air, l'installation du capuchon de ventilation, et la préparation du matériel nécessaire. Parmi les éléments nécessaires, on trouve un groupe VMC, une bouche d'aération adaptée à votre système de ventilation, et des conduits rigides ou souples pour relier la bouche d'aération au groupe VMC.

Étape 2 : Déterminer l'emplacement de la bouche d'aération : plafond ou mur ?

L'emplacement de la bouche d'aération dans une salle de bain dépend de plusieurs facteurs. En général, l'installation se fait au plafond ou en haut des murs, en raison de la tendance de l'air chaud et humide à monter.

Si l'installation est réalisée au plafond, il est recommandé de la positionner au-dessus de la zone où se forme la vapeur d'eau, comme la douche ou la baignoire. Cette configuration permet une extraction optimale de l'humidité, réduisant ainsi les risques de condensation et de moisissures.

En cas d'installation murale, il est préférable d'opter pour le sommet du mur, idéalement à une distance d'environ 20 cm de l'angle du plafond. Cela permet une bonne circulation de l'air et une évacuation efficace de l'humidité.

Les bouches d'aération peuvent être fixées de différentes manières : encastrées, clipsées ou scellées, selon la nature de la surface (béton, brique, plaque de plâtre). Le choix de la méthode de fixation dépendra également du type de VMC installée.

Étape 3 : Installer le groupe d'extraction de la VMC

L'installation du groupe d'extraction est une étape cruciale de la pose d'une VMC. Il s'agit du dispositif qui va aspirer l'air vicié pour le rejeter à l'extérieur. En général, le groupe d'extraction est installé dans les combles pour réduire les nuisances sonores. Il peut aussi être fixé sous le plafond, sur un faux plafond ou même verticalement contre un mur.

Pour l'installer, repérez les trous pour la fixation. Si vous n'êtes pas certain de la meilleure position, rapprochez-le de la salle de bain pour minimiser la longueur des gaines. Dans le cas d'une VMC sans conduit, l'installation nécessite qu'un mur donne sur l'extérieur.

Il est recommandé de couper le disjoncteur avant de commencer l'installation du groupe d'extraction pour des raisons de sécurité.

Étape 4 : Poser les gaines de ventilation

Lors de la pose des gaines de ventilation, il est crucial de respecter certaines étapes. Commencez par déterminer le chemin que prendront les gaines depuis le groupe d'extraction jusqu'aux différentes pièces. Cette étape nécessite un travail de réflexion pour optimiser la longueur des gaines et garantir une ventilation efficace.

Les gaines doivent ensuite être fixées au groupe d'extraction et aux bouches de ventilation. Vous pouvez utiliser des colliers de serrage pour cela. Le choix du type de gaine dépend de l'espace disponible et de la configuration de votre installation : dans les espaces restreints, préférez des gaines rigides, tandis que dans le reste, les gaines souples sont généralement plus couramment utilisées.

Assurez-vous que le diamètre des gaines correspond à celui des bouches de ventilation et du groupe d'extraction. En général, les salles de bains nécessitent des gaines de 80mm de diamètre.

Notez bien : pendant l'installation, veillez à ce que les gaines ne soient pas trop tendues ni trop torsadées pour éviter toute perte de performance de la ventilation.

Enfin, il est recommandé de réaliser une isolation des gaines, notamment si elles passent par des zones non chauffées, pour limiter les déperditions de chaleur.

Étape 5 : Installer des bouches d'extraction

Avant de passer à l'installation des bouches d'extraction, assurez-vous que la gaine de ventilation est bien installée et connectée au groupe d'extraction. Les bouches d'extraction doivent être placées dans les zones présentant le plus d'humidité, comme au-dessus de la douche ou de la baignoire. Les bouches d'extraction doivent être fixées dans la partie haute des pièces pour favoriser l'absorption de l'air vicié.

  • Pour une installation au plafond, réalisez un trou d'aération à l'aide d'un perforateur.

  • Par la suite, acheminez les gaines jusqu'aux trous d'extraction.

  • Positionnez ensuite les bouches d'extraction dans les trous et raccordez les conduits.

Assurez-vous que les bouches soient correctement scellées pour éviter toute fuite d'air. Les bouches d'extraction doivent être reliées à une gaine de 80 mm si elles sont installées dans une salle de bain. Enfin, veillez à ne pas obstruer les bouches d'extraction pour maintenir une bonne circulation de l'air.

Étape 6 : Procéder au raccordement électrique

Pour le raccordement électrique, assurez-vous que votre VMC est branchée sur un interrupteur différentiel 30mA/type AC et protégée par un disjoncteur divisionnaire 2A sur votre tableau électrique, conformément à la norme NF C 15-100.

  • Utilisez du fil électrique en section 1.5mm².

  • Respectez le code couleur : Phase (Rouge), Neutre (Bleu), Terre (Vert / Jaune).

Si votre VMC possède plusieurs vitesses, un interrupteur à 2 vitesses pourrait être nécessaire. Sachez également que le branchement se fait généralement à l’aide de deux fils pour une bouche de VMC avec interrupteur, tandis que trois fils seront nécessaires pour un système plus complexe.

Veillez à respecter les normes électriques en vigueur pour garantir la sécurité de votre installation. En cas de doute, n'hésitez pas à faire appel à un professionnel.

Étape 7 :  Effectuer les vérifications et tests

Après avoir installé votre VMC et procédé au raccordement électrique, ne négligez pas les vérifications et tests. Ceux-ci sont essentiels pour s'assurer que l'installation a été correctement effectuée et que la ventilation fonctionne de manière optimale.

Commencez par vérifier l’ensemble des éléments de l’installation : le groupe d’extraction, les gaines et les bouches d’extraction. Assurez-vous que tout est bien fixé et qu'il n'y a pas de fuites d'air.

Effectuez ensuite un test de fonctionnement de la VMC. Pour cela, allumez la ventilation et observez le flux d'air à la sortie des bouches d'extraction pour vous assurer qu’il est suffisant.

En cas de doute sur la performance de votre VMC, n'hésitez pas à faire appel à un professionnel. Il pourra utiliser un anémomètre pour contrôler le débit d'air de la VMC, cet outil étant le plus fiable pour cette vérification.

Étape 8 : Finaliser méticuleusement  l'installation

Pour finaliser votre installation, procédez au nettoyage de la zone de travail. Assurez-vous qu'il ne reste aucun résidu ou débris pouvant obstruer les conduits ou le fonctionnement de la VMC.

Souvenez-vous que l'efficacité de votre VMC dépend aussi de son entretien régulier. Prévoyez un contrôle périodique pour vérifier le bon fonctionnement de la ventilation, la propreté des conduits et des filtres. Cela permet de maintenir une qualité d'air optimale dans la salle de bain.

Enfin, pour une utilisation optimale et un confort accru, pensez à automatiser votre système. Vous pouvez associer votre VMC à l'éclairage de la salle de bain ou installer un détecteur de présence pour une mise en marche automatique.

Astuces et précautions à prendre pour poser la VMC

Avant de commencer, prenez connaissance des normes en vigueur. Assurez-vous que l'installation respecte les règles de sécurité électrique et d'isolation thermique.

Lors de l'installation, ajustez les débits de chaque bouche d'extraction en fonction des besoins de chaque pièce. Une salle de bain nécessite un débit plus élevé qu'une chambre.

Prenez soin de choisir un emplacement stratégique pour l'extracteur d'air ou aérateur VMC. Il doit être accessible pour l'entretien et le remplacement éventuel.

  • Evitez de placer la VMC près d'une source de chaleur, cela pourrait nuire à son efficacité.

  • Faites attention à la distance entre l'extracteur et les sources d'eau pour éviter la formation de condensation dans les gaines.

  • Faites preuve de discrétion en minimisant la visibilité des gaines et en les dissimulant autant que possible.

N'oubliez pas de tester le système après l'installation pour vérifier son bon fonctionnement.

L'intervention d'un professionnel dans l'installation de votre VMC

Qui pose une VMC : le plombier ou l'électricien ?

L'installation d'une VMC peut être réalisée par différents professionnels. Le choix dépend en grande partie de la nature des travaux à effectuer, ainsi que du type de VMC à installer.

  • Un plombier est souvent recommandé pour installer une VMC dans une salle de bain, notamment en raison des taux d'humidité élevés dans cette pièce.

  • Un électricien peut également être sollicité, surtout s'il s'agit d'une VMC électrique. Ce professionnel se charge de la partie électrique de l'installation, garantissant ainsi la conformité aux normes en vigueur.

  • Outre ces deux métiers, un chauffagiste peut également se charger de l'installation d'une VMC, tout comme un couvreur ou une entreprise spécialisée en ventilation.

Il est essentiel de sélectionner un artisan ayant les qualifications requises et, si possible, certifié RGE (Reconnu Garant de l'Environnement) pour bénéficier d'aides financières.

Le rôle de l'électricien dans l'installation de la VMC

L'électricien joue un rôle clé dans l'installation d'une VMC. Son expertise est essentielle pour le raccordement électrique du système. Il est en charge de connecter le groupe d'extraction de la VMC à l'alimentation électrique du logement, en respectant les normes de sécurité en vigueur.

Il peut également être amené à installer un système de contrôle automatique, lié à l'éclairage ou à un détecteur de présence, pour une gestion plus efficace de la ventilation.

Enfin, l'électricien joue un rôle dans la maintenance de l'installation : vérification du bon fonctionnement, remplacement de composants défectueux, etc.

Bref, l'intervention de ce professionnel garantit une installation sûre et optimale de la VMC dans votre salle de bains.

Le coût d'installation d'une VMC : comprendre les facteurs de prix

Le coût d'installation d'une VMC peut varier en fonction de nombreux facteurs. Tout d'abord, le type de VMC choisi a une incidence directe sur le prix. On distingue principalement deux types : la VMC simple flux, moins coûteuse mais aussi moins performante, et la VMC double flux, plus efficace mais également plus chère. En outre, le coût peut fluctuer selon la complexité de l'installation : la nécessité de créer un réseau de gaines, la distance entre le groupe VMC et les bouches d'extraction, etc. Autre facteur de prix : le recours à un professionnel pour l'installation. Même si cela représente un coût supplémentaire, faire appel à un électricien ou un plombier certifié garantit une installation conforme aux normes et sécurisée.

Pour mener à bien votre projet d'installation de VMC dans la salle de bain, n'oubliez pas que l'achat du matériel adéquat ne doit pas nécessairement alourdir votre budget ! Chez StockPro, vous trouverez une sélection de produits neufs de qualité, provenant de marques reconnues telles qu'Atlantic, Aldes, ou S&P Unelvent . Grâce au réemploi, vous pouvez réaliser des économies substantielles tout en bénéficiant de matériaux neufs fiables et durables.

Que vous soyez à la recherche d'une VMC simple ou double flux, ou d'autres matériaux de construction, StockPro est votre allié pour mener à bien vos projets à moindre coût !