blog.sectionBtnLabel
Pour les pros du BTP
Comment réinvestir ses restes de chantier ? La seconde vie des surplus de matériaux

Comment réinvestir ses restes de chantier ? La seconde vie des surplus de matériaux

Pendant des décennies, l’envoi en déchetterie des surplus de chantier ou le stockage dans les entrepôts (stocks dormants jamais utilisés) étaient les solutions retenues en fin de construction. Aujourd’hui, de nombreuses alternatives plus écologiques et économiques sont déployées par tous les acteurs du secteur du bâtiment. Une économie circulaire vertueuse s’installe.

Désormais, la maîtrise de la gestion des déchets en fin de chantier commence dès le début du projet de construction. De l’architecte, en passant par les constructeurs et les acheteurs, c’est toute une filière qui se mobilise pour maîtriser les coûts de construction des nouveaux bâtiments (immeubles et maisons) et réfléchir à la valorisation des restes de chantier le cas échéant.

Que signifie l’expression “restes de chantier” ?

Quand on parle de “restes de fin de chantier”, on parle de surplus de matériaux. Défaillance au niveau des achats, surplus de sécurité en cas de casse, prix négociés en fonction des volumes commandés, modification du périmètre initial du projet… Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles il reste à la fin d’un chantier des matériaux non utilisés sur un projet de construction. 

Les matériaux concernés par un éventuel surplus en fin de chantier sont variés : 

Réemploi et réutilisation des restes de chantier : pourquoi ?

Dans un contexte économique tendu et écologiquement compliqué, la valorisation des matériaux non utilisés en fin de chantier devient une nécessité pour bien des entreprises. Cette dynamique de réinvestissement permet donc :  

D’autre part, les actions menées pour réinvestir les restes de chantier ont un impact sur : 

Ainsi, au lieu d’investir dans du matériel de construction issus du circuit classique de l’économie linéaire, il peut être plus intéressant pour une entreprise du bâtiment de valoriser ses restes de chantier ou d’acheter du matériel d’occasion.

Utiliser des matériaux toujours emballés issus d’autres chantiers

Déconstruction et démolition sélective, souvent lancées dans le cadre de projets de transition énergétique, vous permettent de récupérer des matériaux idéaux pour le réemploi ou la réutilisation sur un nouveau chantier.

Leur valorisation grâce à la revente de ces matériaux permet de donner un nouveau souffle à votre trésorerie, mais elle permet également à bien des entreprises et des particuliers de lancer un projet de construction à moindre coût. 

Les effets vertueux de cette économie circulaire permettent : 

  • d’acheter des produits de qualité à prix avantageux, 

  • de bénéficier d’une garantie de bon fonctionnement (avec fiches techniques à l’appui)

  • de profiter de performances techniques supérieures

Toutes les pièces d’un bâtiment ou d’une maison sont concernées par les matériaux issus du réemploi. De la salle de bains, en passant par la cuisine et le système de chauffage, les restes de vos chantiers font le bonheur d’autres professionnels, mais aussi de particuliers.

Les plateformes de vente de matériaux de fin de chantier

Dans le cadre des engagements pris par le secteur du bâtiment en faveur du réemploi des matériaux et de la réduction des déchets en fin de chantier, des initiatives ont vu le jour.

Ainsi, des plateformes comme Stock Pro permettent aux professionnels du bâtiment de valoriser leurs stocks dormants de matériaux non utilisés issus d’anciens chantiers.

Les matériaux suivants ont ainsi une seconde vie et sont vendus aux professionnels comme aux particuliers : 

En complément de ces matériaux, nous proposons également des conseils pratiques pour aider les professionnels et les particuliers dans leurs travaux de rénovation énergétique et autres.

Alternative sociale à la vente des surplus : le don de matériaux. Quelques plateformes proposent de récupérer les matériaux non utilisés sur un chantier pour les donner gratuitement à des projets de construction solidaire, de réinsertion professionnelle, d’architecture expérimentale…

Les restes de chantier sont passés du statut de déchets au statut de produits de valeur. Chiffre d’affaires complémentaire d’un côté et réduction des coûts de l’autre, l’économie circulaire des matériaux non utilisés provenant de fin de chantier a de beaux jours devant elle.